AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jail ▽ Every song reminds us of people we love.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


" Here since : 04/01/2016
" Oceans : 1
" Name : Cynn
" Face, © : NoName.

MessageSujet: Jail ▽ Every song reminds us of people we love.   Lun 4 Jan - 23:36


quote/@image.
"Jail Anderson"

J'connais les risques de l'amour mais j'ai toujours l'amour du risque.
NOM COMPLET ›Jail Anderson AGE, DATE ET LIEU DE NAISSANCE › 25 ans , Quatre décembre a Montréal ORIGINE ET NATIONALITÉ › Je suis canadienne, que ce soit par mes origines ou ma nationalité. JOB, STATUT FINANCIER › Je n'ai jamais vraiment manqué de rien. Disons plutôt que j'ai eu la chance de naître dans une bonne famille qui a les moyens, mais je suis bien loin d'être une de ces filles à papa ou a maman ultra gâtée. J'ai toujours préféré gagner mon argent par mes propres moyens, que se soit par la photo, ou par mon petit boulot de serveuse dans un bar. STATUT CIVIL › Célibataire. STATUT FAMILIAL › Je suis fille unique et j'ai grandi entourée de mes parents jusqu’à l'âge de mes quatorze ans, cette année la ma mère nous a laissé moi et mon père. Un père bien trop pris par son travail dans la construction, vous savez se genre de père qui doit s'absenté pendant des semaines, puis même des fois des mois. Ça na jamais été vraiment facile. Mais il faisait l'effort de me montrer qu'il était la quand même, lorsqu'il avait l'occasion.TRAITS DE CARACTÈRE › Mystérieuse, joueuse, drôle, obstinée, capricieuse, sensible, naïve parfois, souriante, curieuse, et très rancunière. GROUPE › LIKE THE WIND IT COMES AND GOES. AVATAR › écrire ici.


"keep thinking throughout this whole flight"
▪︎ jail est un sacré spécimen, elle incarne une vraie joie de vivre, toujours présente dans les soirées branchées, la party ici et là - elle est dans la liste des téléphones de bien des hommes au regret de plusieurs femmes. elle n'est pas du genre pimbêche/princesse qui sait jouer avec les hommes au contraire, elle le fait sans vraiment le vouloir, elle est attirante on ne peut se le cacher vous et moi. pas qu'elle est tomboy, mais parfois elle se comporte tout comme, donc retirez vous de la tête l'image de la petite princesse que tout le monde trouve trop sexy, elle n'est vraiment pas du genre a ce gêner devant qui que ce soit.  jail est une passionnée de la musique, elle en écoute partout ou elle và, partout ou elle est, que ce soit dans sa douche, pendant qu'elle cuisine ou pendant qu'elle fait du sport ou même en étant perdue dans ses livres à l'eau de rose. c'était limite son échappatoire aux disputes familiales, elle enfilait son casque et oubliais le monde autour d'elle. jail c'est une hyperactive, elle n'aime pas restée la à rien faire, toujours le petit boute en train dans une soirée - toujours les blagues salaces, le petit rire enfantin elle prend quand même beaucoup de place sans le vouloir. on dit d'elle qu'elle est loyale, toujours là pour les autres, elle prend souvent manie d'être là pour les autres plus que pour elle-même. elle fait passer le monde entier avant ses propres plaisirs personnels. jail a aussi un sacré caractère. elle est têtue lorsqu'elle a une idée en tête, ou lorsqu'elle pense avoir raison ~ elle sait comment se défendre à ce niveau-là. la petite brune peut être parfois un peu jalouse lorsque quelqu'un tourne trop autour de l'homme qu'elle discute. pas qu'elle souhaite terminer dans son lit, ou qu'elle soit intéressée ou peut importe. loin de la les relations elle a beaucoup trop donner, et l'amour c'est une chose qu'elle se refusera encore bien longtemps ~ elle sait à quel point c'est beaucoup trop compliqué ses histoires-là a l'eau de rose. mais elle déteste tellement voir ses filles désespérées faire leurs pleurnichardes pour attirer l'attention, a lui couper la parole et faire leur intéressantes, disons qu'elle est un peu trop franche aussi, elle ne mâche aucunement ses mots et croit moi lorsque ses occasions se présentent, elle le laisse savoir à voix haute pour qu'elles comprennent à quel point elles sont ridicules. elle est l'amie numéro un à avoir cependant, toujours là pour des conseils, toujours là pour faire les quatre cent coups ~ toujours là pour faire le mur et rentrer à des heures pas possible. dieu sait comment les femmes prennes plaisir a la jalousé, la détesté, comme d'autres tout au contraire, sont devenus hyper proches de la petite brune et la connaissent très bien.


"first time that I felt connected to anything"


Un pas si beau jour de décembre que ça. C'est là que j'ai pointé mon nez. Nous étions le quatre à l'époque et même si c'était le chiffre porte bonheur de ma mère, ma naissance était loin de la réjouir. Du moins ce n'était pas le moment parfait qu'elle aurait souhaité me donner naissance - je n'étais pas prévue du tout, ma mère est en quelque sorte une femme trop prise par le travail, elle y mettait tout son cœur, tout son temps... et avoir des enfants ça vous enlève le peu de temps que vous avez pour vous, mais je crois qu'avec le temps elle ne me regrette plus comme à ses débuts. Elle a fini par apprécier les joies d'être une maman lorsqu'elle a eu son année de congé, au début elle s'en faisait un peu trop mais, elle a fini par se rendre compte qu'elle était bien, qu'elle avait enfin du temps pour elle, chose qu'elle n'avait pas eue depuis de nombreuses années suite à ses études sérieuses pour devenir dentiste, de longues années d'études. Mais toutes ses semaines, toutes ses journées, tous ses mois, toutes ses heures, toutes ses minutes et toutes ses secondes lui ont porté fruit, je suis tellement fière d'elle, elle s'est taillé une place parmi d'excellents dentistes du coin. De nombreux clients / amis d'un ami / connaissances... elle a vite rempli ses horaires de semaine - et même souvent elle accordait son temps de fin de semaine pour certains. Elle aimait son travail. Elle menait la vie que j'avais toujours rêvée. Elle est papa vivaient dans une grande maison, ils étaient bien entourés, ils étaient extrêmement bien financièrement, les belles voitures, ils s'entendaient bien, bon mon arrivée a un peu gâché leurs relations sa je l'ai bien vite compris. De nombreuses engueulades à mon propos, de ma jeunesse à ce jour, les à un peu séparées au fil du temps ... Jusqu'au beau jour ou mon père est entré dans ma chambre sans frapper... alors que j'avais le nez dans mes livres en train d'étudier le soir même de mon anniversaire... l'année de mes Quatorze ans ma mère bien trop débordée par le travail cette journée-là, elle ne pouvait pas être la avant dix-neuf heures qu'elle m'avait dit, je n'avais pas pris la peine de manger vraiment cette journée-là, un peu déçue de ne pas avoir eu droit à mon souper/gâteau d'anniversaire que j'avais l'habitude d'avoir à chaque année. Il m'a regardé, j'ai légèrement sursauté il avait pour habitude de frapper avant d'entrée, ou même il frappait et ouvrait la porte mais tant que je n'avais pas dit un mot il n'entrait pas dans ma chambre. Sourcils froncés je retirais mes écouteurs et il me rejoignait sur le lit en pleurant toutes ses larmes... Il cherchait les mots, il ne parlait pas, je paniquais, à mon tour les larmes se mirent à rouler sur mes joues ... il prit mon visage entre ses mains en me fixant - et il m'a dit '' Ta mère a eu un accident d'auto chérie '' ma mère... mon modèle dans la vie, non c'est juste impossible, celle qui m'a mis au monde, celle qui m'aime d'un amour inconditionnel, celle sur qui je pouvais toujours compter, mon amie, ma complice - car oui j’étais très proche d'elle. J'ai mis beaucoup de temps a m'en remettre, même que sa à même bouleversé mes notes a l'école j'ai pris plusieurs mois à ne rien faire, à tout arrêté, les amis, les sorties, l'école, mon père ne savait pas trop comment agir avec moi - il m'apportait parfois le dîner ou le déjeuner à ma porte, il veillait quand même à ce que je ne manque de rien... Depuis je hais cette journée, je hais ce fichu quatre décembre, je déteste qu'on me rappelle que c'est mon anniversaire - c'est une fichue date comme les autres.



Move on


Une fois l'école terminée, j'ai fini par décidé de me lancer dans des études pour être dentiste, j'avais envie de suivre ses pas, la rendre fier, lui faire honneur... mais les études s'avéraient beaucoup trop longues et beaucoup trop compliqués pour moi ~ j'ai fini par abandonné mais on est venu vers moi pour m'offrir un poste de serveuse dans un bar, j'avais le look typique ~ brune, cheveux longs, avec un sacré caractère qui ne se laisse pas intimider... j'ai dis oui, j'avais besoin de me faire un peut d'argent si je voulais quitter le nid familial un beau jour. Car sa devenais invivable cette maison, tant de souvenirs gravés .. parfois tourner la page ne suffit pas, il faut complètement l'arracher ou commencer un nouveau libre. Sa payais bien d'ailleurs, je m'en suis vite rendu compte le pire c'est que je n'était âgée que de seulement Vingt et un an lorsqu'il mon prise comme serveuse dans un bar, c'est jeune vous direz, mais je ne fait pas vraiment l'âge que j'ai, disons que j'ai sacré caractère et j'ai su me vendre un peu auprès des employeurs. On m'as souvent proposé d'aider la barmaid, ce que je faisait avec plaisir. A coté de ça, mon père ne savait toujours pas quoi faire, ça faisait maintenant Sept ans qu'il ne s'était pas casé ni remarié - il fréquentait quelques femmes à ce que j'ai pu comprendre et entendre. Je payais ce qu'il fallait à mon père, je tentait de l'aider comme je pouvait pour l'aider afin qu'on garde la maison, malgré son travail qui lui aussi rapportait beaucoup, travailler dans la construction c'est l'idéal. Quoique sa gâche votre enfance, vous cherchez votre paternel toute votre vie, vous rentrez de l'école il n'est pas là, il arrive en pleine nuit quand vous dormez déjà à poings fermés et quand vous vous réveillez le beau matin il est déjà reparti pour son travail. J'ai fini par me trouver une passion avec le temps, la photographie, je me suis fait un compte instagram - puis j'ai découvert plein de beaux endroits à photographier, des photos de moi-même, d'inconnus, d'amis, puis ensuite on s'est mis à me contacter pour faire des séances photos maternités, couples, mariages et bien d'autres événements - mon appareil photo c'était mon bébé, je le trainais partout ou j'allais. J'ai fini même par décrocher quelques titres dans des journaux, mes photos y apparaissaient ou dans certains magazines. J'étais bien heureuse. Un beau jour j'ai décidé qu'il était temps que je quitte cette maison ~ il était grand temps que je prenne mon envol quitte a le faire seul, sans colocataire, sans petit copain. Mon père avait bien pris la nouvelle, mieux que je ne le pensais d'ailleurs... il songeait de son coté à vendre la maison et commencer une nouvelle vie lui aussi en s'offrant un loft. On ravalait notre salive et on tentait tous les deux de passé à autre chose dans la vie. Je me suis trouvé un bel emplacement, une petite maison bien loin de tout se beau monde au centre-ville, quitte a marcher pour me rendre au boulot ou y aller en taxi, sa m'était égale, la maison était très abordable, tranquille, le lieu parfait pour une jeune délurée dans mon genre qui aime bien recevoir ses amis autour d'un feu de camp, de belles grandes pièces lumineuses et au toit assez haut, j'ai peinturé à mon goût, décoré a souhait et je me sens enfin comme chez moi. C'est bien loin de Montréal Lunenburg, mais je n'aurais pas pu rêver mieu pour commencer une nouvelle vie. Me voilà a 12 heures de tout mes vieux souvenirs, de quoi bien repartir a neuf, enfin j'ai pris cette décision a l'âge de 22 ans, 1 an après avoir commencé comme serveuse dans un bar. J'ai su rapidement trouver le même job que j'avais a Montréal, enfin je suis toujours serveuse, sauf qu'ici au fils des trois dernières années on m'a confié d'autres tâches, comme je peut être serveuse, je peu autant remplacé si ils on besoin de barmaid, et j'offre souvent les shooters au tables, miss-shooters. enfin voilà. Je me suis rapidement senti chez moi a nouveau. Je ne suis pas vraiment dépaysée. Le changement parfois ça fait du bien.




Le Tombeur.


J'était assise sur un tabouret au comptoir d’un des bars de la ville. J'avais commandé un cosmopolitain, un cocktail que j'affectionne particulièrement et que j'ai pour habitude l’habitude de consommer quand je ne suis pas coincé au boulot. J'en but une grande gorgée. Qu’est ce que c’est déprimant de voir une femme seule boire, dans un bar un mardi soir. J'arquais un sourcil. Était-ce à moi que ce grossier personnage s’adressait ? Je vais être sympa et vous sortir de votre ennuie. Je ne pu m’empêcher de sourire. Il leva une main pour appeler le serveur, commanda et s’installa sur le tabouret a coté de moi. Il fit une petite moue. Vous êtes peut-être muette ? Je le fixais, me mordant la joue pour ne pas éclater de rire. Oh, sourde je vois. Il fit une mine déçue. Il savait bien que ce n’était pas le cas et je m'amusait autant de la situation. Je me décida à l’aider. Non, je trouve simplement que c’est déprimant de voir un homme draguer seul, un mardi soir. Touché. J'ai sourit à nouveau. Je m’appelle X et vous êtes nouvelle, car je repère les jolies femmes à des kilomètres. Effectivement, ça fait un moment que je ne suis pas sortie. Et votre nom ? Laissons un peu de suspens, non ? D’accord. Il sembla un peu surpris. Sans doute, habitué à voir les filles lui tomber dans les mains comme des mouches. Alors, jolie inconnue, vous faites quoi ici ? Bon, on ne va pas jouer plus longtemps. j'avais marqué une pause. Je vous plais, vous me plaisez. Alors, chez vous ou chez moi ? Il afficha un large sourire, bien qu'un peu décontenancé. Ben, comme vous voulez. J'avais lâché un éclat de rire. Non mais vous les hommes. Réveillez-vous, ce n’est pas avec deux phrases bateau que je vais vous tomber dans les bras. Je me levais, prenant mon sac. Je rêve. Bon, j’imagine qu’après ça vous pouvez au moins m’offrir mon verre ? Je l'entendit au loin crier. C'était une blague, hein je suis pas comme ça. Dans une dernière tentative. C’était le premier soir que je m'était enfin décidé de sortir en ville et me sortir un peu la tête de mes livres. Apparemment ce n'était pas la dernière fois que j'allais le croisé se fameux charmeur. Le lendemain X tomba a nouveau sur moi. Mais, c’est la rigolote d’hier. Il était en train de courir sur la plage, tandis que je faisait une balade. Il avait encore un peu en travers de la gorge l'attitude de la jeune femme. Et en même temps, elle avait ce petit quelque chose qui fait qu'il avait envie d'en savoir plus sur elle. Je vous préviens, vous êtes sur mon territoire là. J'avais pris un faux air apeurée. Très bien, alors que dois-je faire pour avoir le droit de rester sur vos terres monsieur ? Il sourit, bien décidé à la mettre dans son lit. Alors je veux tout savoir de vous. Qui êtes vous. D’où venez vous ? Pourquoi, comment ? Alors je m'appelle Jail, j’ai cent deux ans et j’élève des pingouins. Je suis ici pour repeuplé l’île. Je m'était mordillé la lèvre. Mmmh, c’est vrai que c’est une jolie cause. Ont avais passé l’après-midi ensemble à parler de tout et de rien, à se découvrir et à refaire le monde, en une après-midi ont savaient déjà tout l'un de l'autre. Après cette après-midi, ont passa une bonne partie de la nuit dans un hôtel qu'on avais louer pour la nuit. Ont a cédés à la tentation, la tension entre nous, étant plus forte que la raison. Depuis, ont se  cherche un peu, on joue, se teste. On ne passe plus une seconde sans penser à l’autre. Nous deux handicapés des sentiments sommes nous en train de tomber amoureux ? Je le pense bien, mais X a du déménagé pour le boulot alors que je venais a peine de le rencontrer il y a quelques mois, ça fait maintenant 5 mois qu'il est parti s'installer a New-York. J'était bien déçue d'avoir été laissé de la sorte , sans nouvelles, sans un mot, un message, ni une lettre, peut-être ne ressentait-il pas ce que je ressentait. J'ai longtemps eu du mal a m'y faire, a passer a autre chose, moi qui m'était longtemps refusée de tomber sous le charme de quelconque tombeur.. j'avais lamentablement échoué.. pendant quelques semaines je ne faisait que regarder mon portable, les réseaux sociaux, et tout le reste... et en même temps beaucoup de chose arrivaient a me rappeler sa personne, me faire penser a lui un peu trop souvent.. Mais j'ai fini par tourner la page, enfin .. j'essaye toujours de m'en convaincre..





Les secondes, les minutes, les heures, les journées, les semaines, les mois, et les années passèrent plutôt vite. Hop, j'ai déja Vingt-cinq ans, je l'ai ai eu un peu trop rapidement à mon goût - je me suis fait quelques amis au courant de ses dernières années, et des ennemis ça c'est certain. Je me suis un peu dévergondée - j'ai goûté a la vie, à tous ses petits plaisirs .. Sortir tard le soir, Rentrer au petites heures du matin, finir un peu trop saoule chez des inconnus, faire la fête, avoir bu un peu trop, avoir fumé et fait d'autres drogues, bref tenté l'inconnu, essayer nimportequoi sans jamais hésité une seule seconde, que se soit aussi pour un saut en parachute, ou pour nimportequel défi.. vivre un peu avec l'adrénaline. Mais c'est sa l'adolescence après tout. Ils faut en profiter au maximum avant qu'elle nous glisse entre les doigts.


say you'll remember me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Jail ▽ Every song reminds us of people we love.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Vocal People 2010
» BB écrit au Figaro Madame, l'article puant de Pure People !
» Little people VS Smartville
» Garage : little people ou minibolide ?
» Little people Fisher Price

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♡ make this go on forever. :: " just forget the world. :: make love your goal-
Sauter vers: